Lectures du jour

Saint du jour


 

Reine de la Paix et
de la Réconciliation



            

ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE

Communauté des Frères Franciscains du Congo : Mgr Anatole Milandou a béni la nouvelle chapelle

jeudi 25 janvier 2018, par Félix

Mgr Anatole Milandou présidant la célébration eucharistique

La communauté du sanctuaire Saint Bonaventure des frères franciscains, située au 102 de l’avenue Auberge Gasconne à Diata, vers l’ex-Télé Congo, dans le premier arrondissement Makélékélé était en fête, samedi 6 janvier 2018 à Brazzaville, avec la bénédiction de la chapelle dédiée à Saint Bonaventure, fondateur adjoint de l’Ordre des franciscains.

Elle a été bénie et ouverte à la chrétienté par Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville, au cours d’une messe concélébrée par six prêtres, parmi lesquels, l’abbé Mathias Cédric Louhouamou, cérémoniaire adjoint de l’archevêque et le père Kevin Dessinga, supérieur des franciscains au Congo.

Animée par le chœur credo du Congo, cette cérémonie a connu la participation de nombreux fidèles habitant les quartiers de Moukondzi-Ngouaka, Château-d’Eau, Kinsoundi, à qui est offert désormais un lieu de prière et de recueillement aux couleurs franciscaines.

A la lumière du texte de l’évangile selon Saint Jean et prenant appui sur la mission de Jean-Baptiste dans le désert, Mgr Anatole Milandou a souligné que Jean-Baptiste était un prophète humble, austère, voilà pourquoi son message attirait de nombreuses foules.

C’est donc un prophète par excellence qui a parlé au nom de Dieu. « Soyons donc humbles comme Jean-Baptiste et conduisez bien le peuple de Dieu à Jésus-Christ Sauveur. L’eau de la rivière Le Jourdain dont il se servait pour baptiser des foules est un principe universel de purification. On se sert de l’eau pour boire et se laver. Même les animaux de la forêt se lavent avec de l’eau et donc c’est un réflexe et un besoin naturel. Ainsi, nous pouvons affirmer que le baptême que Jésus est venu nous montrer a une grande importance dans notre vie. A ma grande surprise, nous célébrons les anniversaires de tels ou tels autres sacrements, à l’instar de la confirmation, le mariage, le sacerdoce, sauf le baptême. L’autel de la messe que nous vénérons au début de la messe représente le Christ, l’offrande et le prêtre », a souligné l’archevêque. Avant d’attirer l’attention du peuple de Dieu sur la fréquentation de cette chapelle qui n’est pas une paroisse comme les autres. « Donc, il n’est pas question de célébrer les baptêmes ou autres cérémonies dans cette chapelle. Les cérémonies liées aux sacrements et autres, doivent se célébrer dans les paroisses habituelles », a martelé Mgr Anatole Milandou.

Pour la petite histoire, les frères franciscains, soucieux de donner à leur jeunesse une formation incarnée, avaient opté depuis bientôt huit ans de passer une partie de la formation de leurs frères sur place au pays. Et, le Grand séminaire Inter-diocésain de Brazzaville était l’unique endroit disposé à cela. Il fallait à cette fin, trouver un endroit qui ne soit pas trop éloigné du Grand séminaire. Un certain nombre de circonstances a voulu que ce soit le quartier de Moukondzi-Ngouaka, accessible, assez proche de Kinsoundi, dans le premier arrondissement de Brazzaville.

Quelques temps après leur installation et lorsque les gens se rendirent compte qu’ils avaient des religieux dans le quartier Moukondzi-Ngouaka, un petit noyau de chrétiens est vite venu s’associer à eux pour la messe quotidienne. Les frères étaient obligés d’utiliser l’un des magasins comme lieu de fortune pour la prière. Au fil des temps, ce petit noyau ne cessait de grandir et finalement l’endroit devenait petit. Dieu aidant et volonté permettant, le sanctuaire Saint Bonaventure est devenu une réalité et doté d’une chapelle pour la plus grande gloire de Dieu, ainsi que la joie du peuple de Dieu.

Signalons que Saint Bonaventure, né Jean de Fidanza, au civil, a vu le jour en 1221 à Bagnorea, actuelle Bagnoregio, près de Viterbe, en Italie. Il est élu ministre général des Frères Mineurs le 2 février 1257, charge qu’il occupe jusqu’en mai 1273. Il est considéré comme le second fondateur de l’Ordre des franciscains, après Saint François. En 1271, le Pape Grégoire X le crée cardinal, évêque d’Albano. Il meurt à Lyon, le 14 juillet 1274 et canonisé en 1482. Théologien, archevêque, cardinal, docteur de l’Eglise, ministre général des franciscains, Saint Bonaventure a commencé ses études au couvent de Bagnorea. Avant de les poursuivre à Paris, au noviciat des franciscains, où il prend le nom de Bonaventure. A l’instar de Jean Duns Scot et Thomas d’Aquin, Saint Bonaventure était l’un des piliers de la Théologie chrétienne au Moyen âge, surnommé Docteur séraphique.

Pascal BIOZI KIMINOU
LA SEMAINE AFRICAINE

 

Haut de page