samedi 23 juin 2018

Lectures du jour

Saint du jour


 

Reine de la Paix et
de la Réconciliation



            

ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE

CONFIRMATION ET CÉLÉBRATION DU 25 ANNIVERSAIRE DE L’ÉRECTION DE NOTRE DAME DES APÔTRES DE SANGOLO COMME PAROISSE

Publier le 14 mai 2018

  

  

À l’occasion du 7ème dimanche de pâques de l’année B, l’Église particulière de Brazzaville poursuivait sa grande tournée d’administration du sacrement de confirmation par Monseigneur l’archevêque. Après la Paroisse Notre Dame du Rosaire, fille aînée de ladite tournée en la date du Jeudi 10 mai, jour de l’ascension du Seigneur, place était faite à la Paroisse Notre Dame des apôtres de Sangolo. On comptait 386 confirmands venus du sous-doyenné sud Pont du Djoué : Saint Piex de l’OMS ; Notre Dame des Apôtres de Sangolo ; Notre Dame des Suffrages de Moussosso ; Saint Padre PIO de MBUONO ; Saint André Kaggwa de KOMBE ; Saint Benoît de Nganga Lingolo.

Aussi convient-il de signaler que la Paroisse Notre Dame des Apôtres de Sangolo qui accueillait cette tournée, totalisait à son actif, 25 ans d’existence, en tant que Paroisse. Un jubilé d’argent qui faisait émerger ladite Paroisse au rang des Paroisses dites « matures » ou encore « autonomes ». Pourtant dans son allocution de bienvenue, le Curé de Sangolo, M. L’abbé Aristide MILANDOU, accrochait quelques bémols quant à cette « lourde considération ». Pour Lui, en effet, bien que constituant, désormais, une page de fer dans les annales de l’Archidiocèse de Brazzaville, la Paroisse Notre Dame des Apôtres de Sangolo vit une maturité d’âge certes ; mais à l’image du Pays. Une image dans laquelle même à 25ans, le jeune adulte a toujours besoin de l’assistance parentale. Pour dire que, la Paroisse Notre Dame des Apôtres de Sangolo aura toujours un besoin pressant de l’amour des « ainés » et de toute bonne volonté. Un amour qui doit se traduire à travers un appui aussi bien spirituel que matériel, en vue de sa réelle et patente maturité. Un cri de pasteur qui se voyait toucher la sensibilité de l’Archevêque tout comme celle de l’auguste assemblée venue très nombreuse à l’occasion.

Par ailleurs, dans son homélie, Monseigneur l’archevêque a insisté sur un mot : celui de l’ amour . Un amour qui doit être fraternel, donc, allant au-delà des barrières socio-culturelles voire religieuses. Et c’est au bout de cette fraternité vraie et sincère, poursuivait-il, qu’adviendra une mutualisation des efforts pour consolider et mener à bon port, l’œuvre du salut parmi les peuples.

En péroraison, tous, confirmands et participants à ladite célébration eucharistique, étaient invités à demeurer de véritables agents vecteurs de l’évangile de l’amour fraternel dans une société congolaise où divisions et discriminations ; amours intéressées et exploitations de l’homme par l’homme deviennent, de plus en plus, des étendards du vivre-ensemble.

Michel KIMBOUANI,
stagiaire Pré-diaconal

 

Haut de page